Intervention du Président du CROS Guadeloupe, Alain Soreze, au Forum de préparation au Congrès des élus

Intervention du Président du CROS Guadeloupe, Alain Soreze, membre du CCEE lors du Forum de préparation au Congrès des élus, le Mercredi 04 Décembre 2019 à l’Hotel de Région;


 » Depuis 2009, je suis président du CROS Guadeloupe, nous avons eu à délibérer pour contribuer aux débats sur le projet guadeloupéen. Donc aujourd’hui je reprends les grandes lignes de nos positionnements. Mais pour répondre à l’approche formulée par le président de la CCI des Îles de Guadeloupe, je dirais que dans les années 70 et 80 on nous disait de regarder Haiti ou la Dominique, maintenant on nous dit de regarder Saint-Martin mais j’observe que jamais on nous dit de regarder Saint-Barthelemy ou Sint-Marteen ou autres.

Alors je me rappelle que mon curé Cabo m’avait dit écoute bien ce que Jean-Paul II nous dit « N’ayez pas peur ».

Alors je dis aux élus guadeloupéens, lors des prochains congrès « N’ayez pas peur » et comme l’a dit Mme la Présidente du Département osons profiter de la réforme constitutionnelle pour avoir une loi organique et une collectivité unique. Car lorsqu’il s’agit de sélections sportives ou de protocole, il n’y a qu’une seule Guadeloupe. Et si nous devons regarder alors regardons la Guyane Française et ce que nous dit le sénateur Karam pour bien évoluer.
Concernant le drapeau pour la Guadeloupe, je rappelle que ce n’est pas au CROS de décider et d’ailleurs nous sommes contre « un drapeau sportif » et la procédure comme en Martinique et les polémiques qui ont suivi. Le CROS Guadeloupe a communiqué un rapport et il appartient aux élus guadeloupéens de prendre leurs responsabilités, de voter pour décider de la procédure et de proposer aux guadeloupéens des choix à valider par consultation.


Depuis l’élection d’Emmanuel Macron et la ministre guadeloupéenne aux sports il y a une réforme de la gouvernance du sport français. Dans ce cadre nous avons communiqué avec tous nos parlementaires afin d’avoir une autonomie sportive, modifier le code du sport français en ce sens, avec notamment le droit pour les organes déconcentrés des fédérations françaises d’intégrer les organisations internationales.


C’est pour cela aussi que nous demandons aux élus guadeloupéens d’adopter, comme l’a fait la Collectivité de Martinique, une motion de soutien pour l’intégration de la Ligue de Football de Guadeloupe à la FIFA. Le football guadeloupéen ne bénéficie pas de millions d’euros ce qui permettrait à nos collectivités de financer davantage les autres sports.
Mesdames et messieurs les élus, le mouvement sportif guadeloupéen compte sur vous pour répondre aux attentes et aux aspiration de notre Jeunesse. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *